Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Un autre regard sur la Terre

Espace, satellites, observation de la Terre, fusées et lancements, astronomie, sciences et techniques, etc. A l 'école ou ailleurs, des images pour éveiller votre curiosité...

Le Tour de France à Rotterdam : des vélos, des bateaux et des satellites d'observation...

Publié le 2 Juillet 2010 par Gédéon in Développement-urbain

Rotterdam, Bruxelles, Spa, Wanze, Arenberg, Cambrai, Reims, Epernay, Montargis, Gueugnon, Tournus, Station des Rousses, Morzine-Avoriaz, Saint-Jean de Maurienne, Chambéry, Gap Sisteron, Bourg-les-Valence, Mende, Rodez, Revel, Ax 3 domaines, Pamiers, Bagnères-de-Luchon, Pau, Col du Tourmalet, Salies-de-Béarn, Bordeaux, Pauillac, Longjumeau, Paris… : le Tour de France repart.

Du 3 au 25 juillet 2010, pour la 97ème édition, avec un prologue et 20 étapes, les coureurs couvriront une distance totale de 3 642 kilomètres.

A côté du prologue à Rotterdam, l’autre particularité du Tour 2010 sera le col du Tourmalet dans les Hautes-Pyrénées : il sera gravi deux fois par les coureurs ! Les favoris pour 2010 sont Alberto Contador, Andy Schleck, Dennis Menchov ou encore Robert Gesink.

C’est la Hollande qui a donné à la bicyclette son surnom de « petite reine ». C’est donc assez naturellement que le départ du Tour soit donné pour la cinquième fois aux Pays-Bas.

    

carte tour 2010

Le parcours du Tour de France 2010
(Crédit image : ASO)

Même si cet évènement va attirer des dizaines de milliers d’amateurs de vélo, Rotterdam, c’est d’abord, en tant que premier port européen, les bateaux. La surveillance maritime est également une application des satellites d’observation de la Terre.

 

La ville de Rotterdam, premier port d’Europe, derrière les grands ports d’Asie :

Rotterdam est situé sur un bras du Rhin. A proximité de la confluence avec la Meuse, la région est un immense delta.

Longtemps concurrencé par Cologne, Anvers et Amsterdam, Rotterdam s’est depuis imposé comme le premier port européen et le quatrième port mondial. Avec la montée en puissance de la Chine dans les exportations mondiales, Shanghai, à l’embouchure du fleuve Yangzi, est depuis 2005 le premier port du monde. Singapour occupe la deuxième place. Dans les dix premiers ports, sept sont chinois.

vignette-Rotterdam---Spot-5.jpg extrait-Rotterdam---Spot-5.jpg

Le port de Rotterdam et ses évolutions vues par le satellite SPOT 5 : image sous-échantillonnée en couleurs naturelles et extrait sur le quartier où se déroule le prologue. les quais les plus anciens sont au coeur de la ville à droite. Le nouveau port pour les navires de très gros tonnage est situé à l'embouchure
(Copyright CNES - Distribution Spot Image)

 

Initialement à une trentaine de kilomètres de la mer du Nord, le développement du port a entraîne un redéploiement de la zone portuaire vers la mer, avec des enjeux de respect de l’environnement, d’artificialisation des sols et de saturation des moyens et des voie de transport. La mondialisation des échanges pousse Rotterdam, comme les autres grands ports internationaux engagés dans une course au gigantisme, à s’adapter aux changements de flux, aux nouveautés en matière de construction navale. Aux Pays-Bas, la dimension environnementale est largement prise en compte et le projet d’extension du port de Rotterdam fait l’objet d’une évaluation sur l’impact écologique, le respect de la biodiversité et de la qualité de la vie.

r62_spot4_20_cs_rotterdam_1280.jpg Terrasar-Rotterdam.jpg

A gauche, la ville de Rotterdam vue par le satellite Spot 4 en septembre 1999 (Copyright CNES - Distribution Spot Image). A droite, une des zones portuaires vue par le satellite radar TerraSAR-X
(Crédit image: Infoterra GmbH)


Satellites d’observation et surveillance maritime :

Sécurité et détection de trafics illégaux, contrôle des zones et quotas de pêche, environnement marin, sécurité de la navigation et surveillance des icebergs, lutte contre les dégazages en mer et les pollutions par hydrocarbure… Pour tous ces domaines d’application, les satellites d'observation peuvent contribuer efficacement à la surveillance maritime, au large ou à proximité des côtes. Ils permettent d’observer des zones géographiques étendues dans des délais très courts, afin d’optimiser par exemple l’utilisation et l’intervention des moyens plus traditionnels (avions ou navires).

S’il existe des radars côtiers ou des systèmes détectant la position des balises installées volontairement à bord des navires, les satellites sont irremplaçables en pleine mer ou pour repérer les « tricheurs ».

Terrasar-X---Gibraltar.jpgLa circulation maritime dans le détroit de Gibraltar vu par le satellite TerraSAR-X
(Crédit image : Infoterra GmbH)


surabaya_20x15.jpgNavires dans le port Tanjung Perak de Surabaya, au nord de l'ile de Java en Indonésie
(Copyright CNES - Distribution Spot Image)

 

Terrasar-X---tanker.jpg

Tanker à quai vu par le satellite radar TerraSAR-X
(Crédit image : Infoterra GmbH)

 

En savoir plus :

Commenter cet article