Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Un autre regard sur la Terre

Espace, satellites, observation de la Terre, fusées et lancements, astronomie, sciences et techniques, etc. A l 'école ou ailleurs, des images pour éveiller votre curiosité...

A Kourou, la fusée Vega VV03 met en orbite KazEOSat-1, le premier satellite d’observation du Kazakhstan

Publié le 28 Avril 2014 par Gédéon in Satellites-et-lancements

Vega---Lancement-VV03---Mise-en-orbite-KazEOSat-1---DZZ-HR-.jpgA Kourou, dans la nuit du 29 au 30 avril 2014, décollage réussi de la troisième fusée Vega.
VV03 emporte dans sa coiffe le satellite d'observation KazEOSat-1 construit par
Airbus Defence and Space pour le Kazakhstan.
Crédit image : ESA - CNES - Arianespace / Optique Vidéo du CSG - P. Baudon

 

VV03 : troisième vol de la fusée Vega.

C'est le dernier né des lanceurs européens, toujours en cours de qualification. Il vient de mettre en orbite basse, KazEOSat-1 (Kazakh Earth Observation Satellite) le premier satellite d’observation de la Terre de la République du Kazakhstan.

Le lancement a eu lieu dans la nuit du mardi 29 au mercredi 30 avril à 1h35m15s UTC, soit 22h35mn15s en Guyane française, 3h35m15s heure de Paris ou Toulouse, 7h35m15s à Astana au Kazakhstan.

Juste avant le lancement, après un report de 24 heures, tous les feux étaient au vert… Comme souvent pour les orbites héliosynchrones et les satellites d’observation qui doivent passer à une heure précise au-dessus de l’équateur, il n’y a pas de créneau de lancement : ça part à l’heure ou ça ne part pas…

 

Vega - VV03 - CSG - Prêt au lancement Au Centre Spatial Guyaniaux, le lanceur Vega VV03 prêt pour le lancement. Dans la coiffe, le satellite d'observation KazEOSat-1 dans les starting blocks. Crédit image : Arianespace / CNES / CSG.


Sur le pont, avant le pont

En effet, pour ces lancements vers une orbite héliosynchrone, dès qu'il y a un « rouge » (météo, problème de moyen sol, anomalie lanceur ou satellite) dans les dernières minutes précédent la mise à feu, le lancement est reporté au lendemain à la même heure.

 

Serpent et sonnettes

Dans la nuit de lundi à mardi, à H0 - 10m50s, c'est un « rouge système de lancement »  qui avait amené le DDO, le directeur des opérations, à suspendre la chronologie: une suspicion d'anomalie (on est jamais trop prudent) détectée après le retrait du portique sur un ombilical de ventilation (BOA) de la charge utile. Arianespace avait décidé de reporter le lancement afin de procéder à une vérification des installations.

Dans la nuit de mardi à mercredi, tout s'est bien passé et la fusée Vega s'est élevé dans le ciel, assez nuageux, de Guyane.

 

Je profite de l’occasion pour saluer amicalement Frédéric Adragna, le directeur des opérations pour ce vol (DDO VV03), qui était sur le pont cette nuit.

 

Les dernières étapes de la chronologie de lancement

La phase finale de la chronologie commence 8 heures avant le H0 avec la mise en place progressive des équipes au Centre de Contrôle Jupiter II, et celles autour du lanceur. Tous les équipements et moyens de communications sont vérifiés. Sur le pas de tir, les « protections » (armement pyrotechnique) sont enlevées progressivement, jusqu'à H0 - 2 heures.

Dans quelques heures, le satellite sera livré à lui-même, autonome sur son orbite. 6 heures avant, c'est loin d'être le cas. L'activité au Centre Spatial Guyanais ressemble à une ruche avec un enchaînement d'opérations très précis :

  • A H0 - 4h20, le portique qui protège le lanceur est reculé de 80 m. Le lanceur a été intégré sur place, contrairement à Ariane 5 qui est transférée sur son pas de tir la veille du lancement.
  • Entre H0 - 3h30 et H0 - 2h20, ce sont les essais « grandeur nature » de la réception de la Télémesure du lanceur avec le test de toutes les stations aval (jusqu’en Australie).
  • H0 – 2h : la ZLV (Zone de Lancement Vega) est évacuée.
  • H0 - 1h10 : passage en configuration de lancement : mise sous tension de tous les systèmes de transmission et de réception sur le lanceur et dialogue permanent avec le sol.
  • H0 - 4mn : la séquence finale Lanceur (non interruptible) démarre.
  • A H0 - 8s, le lanceur est autonome et décolle à H0 + 0,2 s.

Dernière ligne droite avant le cercle infini

Après le décollage du Centre Spatial Guyanais, le vol des trois premiers étages de Vega dure 6 minutes et 14 secondes. A l’issue de cette phase, le troisième étage du lanceur se sépare du composite supérieur constitué de l’étage supérieur AVUM, un adaptateur et le satellite. Les trois premiers étages retombent sur Terre.

 

L’AVUM allume alors une première fois son moteur qui fonctionne pendant environ 5 minutes, avant une phase balistique d’une durée de 41 minutes environ. L’AVUM allume une deuxième fois son moteur pendant 2 minutes environ avant de séparer le satellite une minute après son extinction. La séparation du satellite KazEOSat-1 est intervenue 55 minutes et 29 secondes après le décollage.


Arianespace - Vega VV03 - KazEOSAt-1 - séquence lancementLancement de la fusée Vega VV03. Profil de la mission. Crédit image : Arianespace

 

KazEOSAt-1, un satellite d’observation pour le Kazakhstan

KazEOSat-1, alias DZZ-HR, est un des deux satellites d’observation du système ERSSS (pour Earth Remote Sensing Satellite System, DZZ en russe). A 700 km d’altitude, le satellite d’environ 900 kg fournit des images à haute résolution d’un mètre en mode panchromatique (4 mètres pour les images mutlispectrales). Avec le second satellite offrant une résolution de 6,50 mètres, le système d’observation de la Terre sera utilisé pour la surveillance des ressources naturelles et agricoles, la fourniture de données cartographiques et le soutien aux opérations de secours en cas de catastrophes naturelles. Le satellite est réalisé à Toulouse par Airbus Defence and Space dans le cadre d’un contrat signé en 2009 avec KGS (Kazakhstan Gharysh Sapary). Les principaux sous-traitants sont Boostec, Sagem, EREM, Zodiax, Cassidian, CGC Space technology.

 

Lancement - VV03 - KazEOSat-1 - DZZ-HR - KazakhstanVue d’artiste du satellite KazEOSat-1, alias DZZ-HR. Crédit image : Airbus Defence and Space

 

C’est SSTL qui est responsable du satellite à moyenne résolution, KazEOSat-2.

La station de contrôle du satellite et de réception et de traitement des images est installée près d’Astana, la capitale du Kazakhstan. Le contrat prévoit de nombreuses activités de transfert de technologie dont la réalisation d’un centre d’intégration de satellites à Astana.

Le satellite utilise la plateforme Astrobus d’Airbus Defence and Space et son instrument est un télescope en configuration Korsch construit en SiC, la technologie Carbure de Silicium (Silicon Carbide) très performante également utilisée sur Spot 6, SSOT, Alsat 2 ou Gaia et Herschel

 

Du Kazakhstan au Pérou

Pratiquement le jour du lancement de KazEOSat-1, Airbus Defence and Space a annoncé qu’il allait également réaliser le premier système satellitaire péruvien d’observation de la Terre, pour la fourniture d’images à très haute résolution.

En attendant la mise en service du satellite péruvien, une station de réception directe installée au Pérou, permettra d’utiliser les images de la flotte de satellites d’Airbus Defence and Space.

 

En savoir plus :

 

 

 

 

 
Commenter cet article